La Nouvelle Ekoï : L'Hégémonie des machines (V3 d'Ekoï)

L’essentiel du jeu

Lancé de dés




    Chapitre 4 : la Grande Guerre d'Ekoï

    Partagez

    Inikaam
    tnassiup tuot ruetnoC

    Nombre de messages : 992
    Date d'inscription : 11/08/2008

    Chapitre 4 : la Grande Guerre d'Ekoï

    Message par Inikaam le Jeu 21 Avr - 12:49

    *Plusieurs jours s'étaient écoulés depuis ce funeste moment. Si Sighild le savait, c'était avant tout parce que son communicateur donnait l'heure et la date. Le soleil avait disparu depuis longtemps, une nuit éternelle était tombée sur le monde.

    Sven avait cessé de hurler, mais il était au plus mal, brûlant de fièvre. Allongé sur un lit de fortune créé par les talents combinés de Sighild et Rödschrek, il dormait la plupart du temps, mais d'un sommeil très agité. Parfois, il se mettait à délirer, le plus souvent par des phrases sans queue ni tête, parfois même dans une langue inconnue. Parfois, dans des instants de lucidité, il saisissait faiblement le vêtement de la première personne à côté, et disait "il a mal" ou "je l'entends", ou encore "ils vont bien", "ils sont forts". Mais impossible de lui faire dire de quoi il parlait, le plus souvent, il replongeait aussitôt.


    Parfois, Sighild s'éloignait pour s'adosser à la barrière qui les protégeait, repensant aux événements. Cette barrière, composée des Cercles de Draak, leur avait sauvé la vie lorsque le tsunami s'était abattu sur eux. Aujourd'hui, cette barrière persistait et répondait à leurs besoins primaires, nourriture et sanitaire. Elle avait la taille d'une petite maison, mais guère plus. Impossible d'en sortir.



    Autour d'eux, il n'y avait que dévastation. Pas la moindre créature vivante, mais de nombreux cadavres d'animaux marins étaient régulièrement ramenées par les vagues. La tempête s'était arrêtée, du moins d'un point de vue météo.


    De temps en temps, Sighild parvenait à obtenir une page de nouvelles malgré la saturation des réseaux. L'état de guerre avait été déclaré sur tous les pays, même les plus pacifistes. Les ekoïs, les woolds et les dragons avaient repoussé l'essentiel de la menace. Pas de nouvelle pour les autres peuples. Parfois elle avait des nouvelles d'émeutes, sans doutes plus provoquées par la peur que par la colère. De temps en temps, elle regardait le ciel obstinément noir, et se demandait comment tout ça avait pu arriver. Et surtout, si tout cela aurait pu être évité.*


    _________________
    Je suis l'être sombre qui contera votre chute.


    Raeldyr Dernör
    Vétéran

    Nombre de messages : 1385
    Date d'inscription : 19/06/2013

    Feuille de personnage
    Organisation: Aucune
    Rang d'organisation: N/A
    Notoriété:

    Re: Chapitre 4 : la Grande Guerre d'Ekoï

    Message par Raeldyr Dernör le Jeu 21 Avr - 14:07

    *N'ayant pratiquement rien pu conserver de son matériel après les événements de la Tour, Raeldyr n'avait que ce qu'il portait sur lui, à savoir ses vêtements en piteux état, et ses armes. Autant dire rien d'utile pour venir en aide à Sven en proie à la fièvre. Si seulement il avait eu accès à des plantes ou des herbes médicinales sauvages, qu'il avait appris à ses dépends à utiliser correctement au fil du temps... Il se proposait toujours pour prendre la relève au chevet de Sven lorsque Sighild prenait un peu de repos, ou s'occupait de récupérer des informations du monde extérieur. L'absence de nouvelles en provenance d'Imvar entre autre l'inquiétait beaucoup.

    L'état de Sven le désolait. Raeldyr faisait tout ce qu'il pouvait pour aider à faire tomber la température, à l'aide de l'eau fournie par les cercles, et de chiffons humides, faits à partir d'une pièce de vêtement trop abîmée pour être mettable. Magiquement, malgré ses efforts, il ne pouvait pas absorber la chaleur, il ne savait visiblement que la générer. Ce qu'il s'abstint de faire, il ne s'agissait pas de faire plus de chaud qu'autre chose.

    Il ne parla pour ainsi dire pas du tout durant ces journées, excepté le strict minimum n'impliquant pas l'affect. Miné par ce qu'il portait en lui, par ce qu'ils avaient fait, par ce qu'ils avaient été contraints de faire. Il se disait qu'ils auraient pu éviter ça, si les "Maîtres" avaient daigné faire ce qu'il aurait fallu. Mais il était trop tard. Le mal était fait. Alors autant broyer du noir tant qu'ils restaient coincés ici. Après, il faudrait se retrousser les manches et aller nettoyer la merde de ceux qui donnent les ordres. Encore une fois.*

    Rodschrek Nakaam
    Vétéran

    Nombre de messages : 4076
    Age : 29
    Date d'inscription : 29/08/2008

    Feuille de personnage
    Organisation: La Citadelle
    Rang d'organisation: Membre actif
    Notoriété:

    Re: Chapitre 4 : la Grande Guerre d'Ekoï

    Message par Rodschrek Nakaam le Jeu 21 Avr - 18:02

    *Rödschrek avait peu parlé également. Voyant en permanence Raeldyr et Sighild auprès de Sven, il ne s'approcha pas. Être trop nombreux près de lui ne servait à rien, et de nature bien plus discrète, Röd avait appris à surveiller de loin, presque jaloux de ne pas avoir de moment lui permettant de s'approcher, sans devoir éloigner uns des deux autres. (chose qu'il n'essaya même pas). Il prenait ses distances et observait l'extérieur, attristé. Il dormait peu. Il ne s'était permis qu'une remarque.*

    ça y est, ici aussi on ne voit plus le soleil. Et bientôt la Lune disparaîtra.
    Mon maître a dû passer à l'action...


    *Aucune colère ne transparaissait. Plutôt une lassitude servile.*

    Asriel dans quel état es-tu?

    Svenhyr Zohokan
    Vétéran

    Nombre de messages : 3079
    Date d'inscription : 18/05/2009

    Feuille de personnage
    Organisation: La Citadelle
    Rang d'organisation: Reconnu
    Notoriété:

    Re: Chapitre 4 : la Grande Guerre d'Ekoï

    Message par Svenhyr Zohokan le Ven 22 Avr - 10:24

    *Le moment vint où les choses changèrent tout aussi soudainement qu'elles s'étaient aggravées. Ce fut d'abord une sensation dans l'air, quelque chose de nouveau après tout ce temps dans l'obscurité complète. Puis vint un soulagement, comme s'ils venaient d'être libérés de quelque chose dont ils n'avaient pas conscience jusqu'ici.


    Et soudain, le ciel se déchira, comme le voile arraché de l'obscurité, dévoilant les étoiles et les deux lunes au monde. Le voile qui couvrait Ekoï venait d'être arraché, le ciel et les astres reprenaient leur droit sur le Monde.


    Sven s'éveilla presque tout de suite après, et saisit Sighild par la manche.*

    Il m'appelle !

    *L'instant suivant, ils étaient dans le cour du domaine de Rödschrek, sans même s'être aperçus de la transition. Devant leurs yeux s'étendait Imvar. Ou plutôt, ce qu'il en restait. Le jour filtrait par la grande ouverture de la surface, illuminant les ruines de la capitale négroelfienne, d'où provenait désormais l'odeur pestilentielle de la mort et des cendres. Des mouvements étaient perceptibles par endroits : on se battait dans les décombres, en particulier aux alentours de la Citadelle. Imvar n'était pas encore totalement tombée.


    Non loin du groupe, Fura et Arès avaient aussi été transportés à l'improviste. Et un peu plus loin encore, ils purent apercevoir, adossé contre le mur de la demeure, la silhouette fatiguée d'Alwin Zohokan. Le drow ne les regarda pas, mais il émanait de lui une aura inhabituelle pour lui, qu'on aurait pu qualifier de "bestiale".


    Sven se jeta hors de son lit, soudain en pleine possession de ses moyens, malgré son épuisement mental et physique. La peur lui donnait des ailes, il se précipita vers son frère ainé et s'arrêta net à un mètre de lui environ, remarquant ce qui n'allait pas.


    Alwin avait gagné en musculature, sa peau était couverte d'écailles argent et or aux allures particulièrement solides. Ses bras avaient pris une teinte similaire, de grandes pointes en sortaient, et ses mains écailleuses se terminaient par d'énormes griffes. Malgré sa posture et ses blessures évidentes, le drow avait une allure imposante, un charisme comme on lui connaissait déjà, mais appuyé désormais par des écailles argent, or et noires semblant s'étendre sur tout son corps comme l'armure d'un général à la tête de ses armées. Dans le regard qu'Alwin leva sur son frère, il y avait cette pupille fendue du dragon qui partageait son être, mais avant tout et surtout le soulagement, un laisser-aller qu'on ne lui connaissait pas.*

    [Asriel, je te passe le relais du conte ^^]


    _________________
    Je fais ce vœu, celui d'être le pilier et le bouclier,
    Celui d'être le sourire et la vie,
    Celui d'être le Bien qui transformera Ekoï.

    Lord Asriel
    Conteur tout puissant

    Nombre de messages : 1014
    Date d'inscription : 14/10/2007

    Re: Chapitre 4 : la Grande Guerre d'Ekoï

    Message par Lord Asriel le Ven 22 Avr - 14:29

    *Téléportés sans avertissement, ils eurent, comme à chaque fois que du runique était à l'action, un cran de retard, avant de s'apercevoir que la réalité avait été modifiée. Il leur fallu un peu plus de temps pour se rendre compte qu'Asriel était parmi eux. Svenhyr, ainsi que les dragons d'âmes furent les premiers à le voir.

    Asriel portait toujours des habits de nobles, mais il étaient déchirés. Il avait l'apparence d'un elfe noir, mais sa peau arborait des reflets métalliques. Ses cheveux cours, foncés, étaient verts. Mais dans son cas, la couleur paraissait étrangement naturelle. Similaires par leurs reflets aux reflets des oiseaux tropicaux.

    Ses grandes ailes métalliques, faites d'or et d'argent, étaient quand à elles cassées. Leur métal saignait.

    Fini son air trop assuré, et son visage d'ange. Asriel semblait furieux. Les runes parcouraient son corps, ses yeux laissaient parfois échapper d'étranges lueurs verdâtres.*


    Vous êtes tous là. J'ai réussi à vous récupérer à temps. Pardon à vous tous, je n'ai pas réussi à tout protéger. Je tiens au mieux, et les Menschs,si incroyables qu'ils sont, simples mortels mais si formidables pourtant, arrivent à tenir tous les fronts pour le moment. Partout, mes élus qui ne peuvent quitter mon sol, dirigent les Menschs et les aident à avancer. Mais nous avons encore beaucoup de travail.

    Nous avions réussi à enfermer l'ennemi hors de la réalité. Mais il s'est échappé.
    Comme moi, il ne peut interagir directement, sans risquer de fissurer irrémédiablement ce monde.  Si nous continuons ainsi, nous allons perdre par usure. J'ai besoin de vous à présent.

    Vous êtes tous des gardiens, nous avons peu de temps, mais c'est le moment des questions. Vous devez savoir, avant de partir. Vous apprendrez certaines choses dès à présent, je m'efforcerait de ne parler ni par énigmes ni par omission, pour une fois, en me mettant à votre rythme. Le reste, vous l'apprendrez là où je vous envoie.


    Je vois dans vos regards, colère, incertitude, peur... ce sont des sentiments qui augmentent la puissance de notre ennemi, parlez.

    Vous voulez savoir si je suis responsable.


    *Il posa son regard sur Raeldyr.*

    La réponse est non. Je vous ai formé, guidé, afin que vous puissiez faire partie des guerriers capables de repousser ce que nous avions enfermé.

    Si nous nous sommes joués de vous?

    Nous sommes tous l'esclave de quelqu'un, nous y compris. Draak est ce qu'il est à la fois mon ennemi et mon allié. Je ne peux me passer de lui pour le moment, même si je hais profondément ses méthodes.

    Vous voulez savoir ce que vous faites là.


    *Il observa Sighild*

    Tous, absolument tous les membres de ce groupe ont des compétences dépassant de loin le commun des mortels, et un fort patriotisme. Vous êtes les âmes les plus sures de tout Ekoï, et c'est une chose que je suis capable de lire.
    Mon plus grand fardeau, est de tout savoir, ici. Absolument... tout.

    *Sa voix était triste. Il parlait lentement, distinctement, les regardant tour à tour dans les yeux. Il semblait concentré ailleurs, mais ne courbait pas l'échine malgré ses blessures.*

    Est ce que je me suis joué du roi elfe noir et est ce qu'il est en danger?

    *Il observa Rödschrek.*

    Ah voilà bien une question d'elfe noir, quand bien même il ne soit pas de ce monde. La réponse est non.  Bien que ne connaissant pas toute la vérité, le roi elfe noir sait que je suis bien plus vieux encore que le peuple elfe noir. Et il sait que je n'ai de réel intérêt que de protéger. Simplement, je ne protège pas que son peuple, je suis un guide pour les elfes noirs, simplement, un guide.

    Il est à l'heure actuelle protégé dans la tour de la Citadelle. C'est un lieu runique que j'ai réactivé. Il m'a fallu du temps mais tous les lieux runique sont actifs et tournent à plein potentiel.


    _________________
    Qui je suis? Un simple couturier... : Je coupe et je fabrique des fils et j'les balances sur une toile de fond pour faire des motifs...
    c'est jouli :3


    Click Me!


    Raeldyr Dernör
    Vétéran

    Nombre de messages : 1385
    Date d'inscription : 19/06/2013

    Feuille de personnage
    Organisation: Aucune
    Rang d'organisation: N/A
    Notoriété:

    Re: Chapitre 4 : la Grande Guerre d'Ekoï

    Message par Raeldyr Dernör le Ven 22 Avr - 16:18

    *L'état émotionnel de Raeldyr, partagé ces derniers jours entre la colère envers ceux qui les avaient mis dans ce pétrin, la frustration de ne pouvoir être utile quand il le faudrait, la peur d'être rejeté pour ce qu'il portait en lui, l'inquiétude pour son pays et son peuple, déjà augmenté par la fatigue, ne put que s'empirer lorsqu'il vit ce qu'il était advenu d'Imvar. Cette désolation, cette puanteur ambiante étaient autant de liens et souvenirs ignobles de l'Enfer d'Eruül. Il en avait la gorge serrée...

    La vue d'Alwin ne le rassura guère. Si lui avait fini dans cet état, qu'était-il advenu des autres familles ? De sa famille, les Dernör ? Contre qui avaient-ils combattu ? Restait-il encore quelque chose à sauver ici ?

    Puis vinrent Asriel et ses paroles. Contrairement aux autres fois, pas de sursaut, pas de crise de peur de la part du drow. Il était passé au-delà de ça. Cependant, l'état d'Asriel sembait réduire la rancoeur que le drow avait à son encontre et à tous ceux de son rang. Après tout ce qui s'était passé... Il avait presque envie d'accepter de l'écouter aussi posément que possible.
    Presque.

    Il ragarda Asriel droit dans les yeux. Ce n'était ni par défi ni par provocation. Mais cette question lui brûlait les lèvres et l'avait empêché de trouver le sommeil pendant ces derniers jours, lui et probablement les autres.*


    Vous qui dites tout savoir... Répondez. Est-ce que ce... Désastre... Aurait pu être évité ?

    N'avons-nous réellement été... Que des esclaves ? Destinés depuis le début à libérer cette chose, et à constater notre impuissance face à la destruction de nos familles ? De notre peuple ? De notre pays ? De ce monde tout entier ?

    Vous qui dites nous guider ! Comment voulez-vous que nous abolissions nos craintes, notre rancoeur, notre chagrin rien qu'en claquant des doigts ? Vous nous appelez "guides", "gardiens" ou "élus" ! Quelles sortes de gardiens sommes-nous sensés être, si nous sommes responsables... de ÇA !


    *Il montrait bras grands ouverts la désolation alentour. L'usure et la fatigue commençaient à avoir raison de lui. Il était bien plus bouleversé qu'il ne voulait le laisser paraître, sa respiration difficile en témoignait. Il laissa retomber ses bras. Après un tel discours, on aurait dit qu'il était à bout de force.*

    ... Qu'est-ce qu'on doit faire maintenant ?

    Svenhyr Zohokan
    Vétéran

    Nombre de messages : 3079
    Date d'inscription : 18/05/2009

    Feuille de personnage
    Organisation: La Citadelle
    Rang d'organisation: Reconnu
    Notoriété:

    Re: Chapitre 4 : la Grande Guerre d'Ekoï

    Message par Svenhyr Zohokan le Ven 22 Avr - 16:58

    *La voix d'Alwin monta nerveusement de sa carcasse, il peinait à bouger, mais sa hargne était sensible. Terminé les faux-semblants de la noblesse, point de belle parole pour le guerrier qui avait assisté au désastre. Dans sa voix grondaient deux entités, le drow qui protégeait sa famille, et le dragon qui avait été son bouclier.*

    Je suis d'accord avec le déserteur, qui êtes-vous pour décider de ce que nous sommes ? Vous saviez ce qu'il allait se passer, vous auriez pu l'empêcher. Combien encore vont périr de vos caprices ?!

    *Rödschrek et Sven purent voir une autre chose vis à vis d'Alwin. Outre sa colère que n'importe qui aurait pu légitimer, ce qui suppurait de sa bouche et de ses blessures n'étaient pas seulement du sang : c'était de la Corruption. Comme tous les elfes noirs d'Imvar, il y avait été plus que fortement exposé, et ses principes s'envolaient à mesure que malheur et colère s'abattaient sur lui.


    Sighild aussi était en colère, mais ne savait contre qui la diriger. Elle partageait l'idée que cette catastrophe n'était que le résultats d'ingérences diverses, mais les forces en place la dépassaient tellement qu'elle doutait qu'il eut qui que ce soit à condamner pour n'avoir pu éviter tout ça.


    Et Sven... Sven s'interposa.*

    Je vous interdis de dire ça !

    *Le drow était épuisé mais se tint malgré tout entre Asriel et les autres. Son visage en disait long sur sa fatigue, mais aussi sur sa volonté inébranlable.*

    Vous n'avez pas le droit de le condamner ! Vous pensez que c'est facile ? Qu'il suffit de claquer des doigts ? Ca n'a rien de facile, vous ne savez rien de ce qu'il fait pour nous, de combien il souffre en silence, de ce qu'il a du endurer pour nous permettre d'exister ! Il tient à Ekoï au moins autant que nous tenons à nos familles et nos amis. Il a fait ce qu'il a pu, comme nous ! Moi je lui suis reconnaissant.



    Grâce à lui... grâce à lui... je ne suis pas impuissant. Grâce à lui, je peux me battre ! Je peux affronter l'engeance qui essaie de nous détruire, de nous tourner les uns contre les autres. C'est parce qu'il m'a accepté parmi ses élus que j'ai le pouvoir de lutter, là où des millions d'autres ne sauront jamais pourquoi de tels malheurs se sont abattus sur eux ! Il m'a offert cette chance, celle de pouvoir changer Ekoï, d'avoir la force de repousser les ténèbres.


    Nous n'avons pas pu empêcher ce désastre, mais ce n'est pas pour autant que le combat s'arrête. Il ne fait que commencer ! Je me moque que l'Histoire m'oublie, que les gens ignorent mon implication, je ne recherche pas la reconnaissance. Je veux pouvoir protéger ceux auxquels je tiens, et si Asriel n'avait pas été là, je n'aurais pu qu'assister au massacre.


    Je ne veux pas... je ne veux pas perdre encore des gens que j'aime... Alors je le suivrai. Peu importe où ça me mène, je sais que ça ne peut que mener au meilleur. N'est-ce pas ?

    *Il tourna la tête et fixa Asriel. Sa harangue n'avait rien d'organisé, ses sentiments avaient jailli pêle-mêle de sa bouche sans qu'il ne cherche à les masquer ou les contrôlé. Il tenait à peine sur ses jambes et tremblait de tous ses membres. Dans son regard, il n'y avait pas qu'une simple question. Il y avait de la dévotion et une confiance qui ne connaissait pas de limite. Ce n'était pas un regard envers un ami de confiance, c'était un regard envers l'être sur lequel reposait tant ses espoirs que sa vénération. Le regard d'un croyant.*


    _________________
    Je fais ce vœu, celui d'être le pilier et le bouclier,
    Celui d'être le sourire et la vie,
    Celui d'être le Bien qui transformera Ekoï.

    Lord Asriel
    Conteur tout puissant

    Nombre de messages : 1014
    Date d'inscription : 14/10/2007

    Re: Chapitre 4 : la Grande Guerre d'Ekoï

    Message par Lord Asriel le Ven 22 Avr - 17:32

    *Asriel posa sa main sur l'épaule de Svenhyr et  laissa échapper un léger sourire, rassurant mais fatigué. Il repassa cependant devant, et traça des signes dans les airs, qui se transformèrent en mots incompréhensibles puis en phrases tout aussi étranges. Plaqués sur les corps des différentes personnes présentes, elles s’infiltrèrent par la peau, dans les veines, sous les blessures, et les guérirent. Elles soulagèrent la fatigue et apaisèrent un peu les esprits.*

    Je savais qu'il allait ressortir de sa prison car elle n'était que temporaire. Draak et moi même l'y avons enfermé au prix d'énormes sacrifices.
    Cet être, ce dévoreur a détruit le monde de Draak, ainsi que le monde de Rödschrek. Rödschrek vous a parlé de ses peurs, de ses cauchemars. Se sont les souvenirs de quelqu'un ayant assisté sans le savoir à la destruction du gardien de son monde. Cet ennemi donc, est redoutable. L'un des pires, peut être même le pire auquel un maître puisse être confronté.

    Lors de l'enfermement d'Inikaam, Draak y a perdu une grande partie de son être. J'y... ai appris son histoire, et hébergé Aldérian son monde, ou plutôt, les faibles résidus fantomatiques qu'il avait pu conserver : des traces écrites, des symbole, une histoire.
    Inikaam est un esprit noir. Il est mon inverse complet. Je suis né du vide et porte en moi tous les êtres, toute l'histoire de ce monde depuis sa naissance. Normalement les créatures comme moi n'ont pas à se mêler aux vivants, mais à tort ou à raison j'ai rompu cet interdit. J'ai fait en sorte de ne jamais changer les événements, en revanche, j'ai toujours tout fait pour vous protéger. Je n'ai pas toujours pu, hélas.

    Aujourd'hui cependant, perdre la guerre serait signer mon arrêt de mort et celle de ce monde. Cependant, tant que le temps n'est pas arrêté, alors il est encore possible de se battre.

    Oui, je savais que le dévoreur ressortirait, mais je ne savais pas quand. C'est une information que visiblement Draak connaissait, mais comme il n'est pas issu d'Ekoï, je n'ai pas pu le sentir. Comme je vous le disais, je n'aime pas ses méthodes. Il vous as utilisé, et envoyé directement dans la tour, en sachant très bien que je ne pourrais ni vous repérer, ni m'approcher, certains des plus gros lieux runiques m'étant interdits.

    Ce n'est pas vous qui l'avez libéré. Nous les gardiens de monde ne pouvons agir directement. Notre puissance est telle que l'utilisation de nos pouvoirs causeraient plus de dégâts qu'ils n'en colmateraient. Alors pour protéger notre monde, nous devons nous entourer d'alliés, des âmes non communes, à la volonté de fer.

    Les esprits noirs, ou plutôt dévoreur, corruption, peu importe font de même. Ils se trouve que cette fois-ci, c'est Inikaam qui a rudement pris l'avantage.

    Tout l'avenir ne repose pas entièrement entre vos mains, vous qui êtes ici. Il y en a d'autres, partout autour, des élus, qui défendent nos terres, partout sur Ekoï.

    Sauf qu'à présent, ne pouvant plus compter sur Draak, je n'ai plus l'effet de surprise sur lequel je comptais pour prendre l'avantage. Il reste cependant un espoir, infime, et qui n'est même pas le fruit du travail d'une entité, mais bien le fruit de votre travail. Vous avez réactivé la liaison vers le monde d'origine d'Ares. Et ce monde dans lequel vous avez été invité... quel monde!

    D'anciens alliés, et surtout, la planète aux Légendes! la planète ou coexistent des créatures millénaires et des créatures toutes jeunes comme vous. Cette planète dispose de niveaux de connaissance bien supérieurs aux nôtres. Autrefois Ekoï rivalisait avec elle. Aujourd'hui, vous allez pouvoir apprendre d'eux. C'est ça, que je vous demande. Zhon saura quoi faire, je le sais.

    Mais avant, si vous le permettez Alwin, j'aimerais que Rödschrek s'occupe de vous. Vous êtes infecté par Inikaam, et le temps presse, aussi pardonnez-moi mon manque de tact et ma précipitation. Appliques toi à transférer la corruption à l'extérieur de ton domaine, comme tu l'as fait pour Raeldyr. Ce sera plus simple, mais prends en compte qu'il y a deux entités en lui. Je vais t'aider pour accélérer la chose.


    _________________
    Qui je suis? Un simple couturier... : Je coupe et je fabrique des fils et j'les balances sur une toile de fond pour faire des motifs...
    c'est jouli :3


    Click Me!


    Raeldyr Dernör
    Vétéran

    Nombre de messages : 1385
    Date d'inscription : 19/06/2013

    Feuille de personnage
    Organisation: Aucune
    Rang d'organisation: N/A
    Notoriété:

    Re: Chapitre 4 : la Grande Guerre d'Ekoï

    Message par Raeldyr Dernör le Ven 22 Avr - 21:16

    Partir ?

    *Qu'était-ce encore que cette histoire ? Fallait-il partir maintenant alors que leur monde était en péril ?

    Les pouvoirs d'Asriel avaient certes apaisé sa rancœur latente, mais ils n'avaient en rien effacé les doutes du drow vis-à-vis de sa situation "d'élu", au même titre que les autres. Les autres... Sauf Sven dont la ferveur envers Asriel faisait peut-être de lui le seul véritable "élu" à ses yeux. Dans ce cas où être élu signifiait être naïf. Au même titre que Raeldyr lui-même l'avait été avant de partir à la Tour, alors qu'il croyait réellement en sa capacité de pouvoir faire quelque chose de sa vie, en affrontant un Avatar et en empêchant la libération d'Inikaam. Avant de se retrouver face à la plus cruelle des désillusions. L'idéalisme de mène qu'à la déception, et aux regrets.

    Alors que Rödschrek s'affairait avec Alwin, il reprit la parole, la voix terne, le regard dans le vague, perdu.*


    Ne peut-on réellement plus rien faire ici ? Sommes-nous vraiment forcés de partir au loin, la queue entre les jambes, en laissant notre... chez-nous, comme ça ? Et pour combien de temps ?

    Et cette Zhon... Qui est-ce ?

    Lord Asriel
    Conteur tout puissant

    Nombre de messages : 1014
    Date d'inscription : 14/10/2007

    Re: Chapitre 4 : la Grande Guerre d'Ekoï

    Message par Lord Asriel le Sam 23 Avr - 11:32

    Contrairement à Draak je n'ai pas l'intention de vous envoyer au front, en sachant que vous ne pourrez pas lutter. Surtout si j'ai une solution pour empêcher ça.
    Je ne peux pas vous assurer que vos proches s'en tireront c'est vrai. Mais de l'autre côté, sur cette planète, ils pourront vous aider. Vous êtes.... une bouteille à la mer, un SOS. Vous deviez aller à l'origine assister à la fête du feu. Il se trouve que vous serez un peu en avance.

    Ares, navré de te renvoyer là bas.


    _________________
    Qui je suis? Un simple couturier... : Je coupe et je fabrique des fils et j'les balances sur une toile de fond pour faire des motifs...
    c'est jouli :3


    Click Me!


    Rodschrek Nakaam
    Vétéran

    Nombre de messages : 4076
    Age : 29
    Date d'inscription : 29/08/2008

    Feuille de personnage
    Organisation: La Citadelle
    Rang d'organisation: Membre actif
    Notoriété:

    Re: Chapitre 4 : la Grande Guerre d'Ekoï

    Message par Rodschrek Nakaam le Lun 25 Avr - 10:22

    *Rödschrek avait invité respectueusement Alwin à se tenir au centre d'un cercle qu'il était en train de tracer au sol. Fait assez rare, il n'avait ni maugréé, ni affiché la moindre hésitation concernant la directive d'Asriel, malgré le côté complexe de celle-ci.
    La chimère l'assistait, et donnait de temps en temps quelques coups d’œil furtif à Asriel.

    Fura s'était assise dans un coin, elle semblait attendre sans dire un mot, un de ses yeux bestiaux étant bien visible.
    Cependant elle cachait tout le reste à coup de bandages, et d'une casquette fichée sur la tête. Cependant des marques de sang légères sur les bandages recouvrant ses bras indiquaient qu'elle s'était battue elle aussi.

    Ares avait lui aussi un œil rouge. Pas le même que celui de Fura. Cela détonnait, il n'avait jamais eu les yeux verrons jusque là. Il observait Asriel droit dans les yeux, assez froidement. Puis il les baissa.*


    Bah... c'est rien... au pire quelques souvenirs à ajouter à ma collection. Au pire j'risque rien, j'suis déjà mort. Mais si ta question c'était plutôt, est ce que je saurais quoi faire, t'inquièèèète! Tant qu'ils parlent pas de machines ayant une âme qui vivent dans leur monde, y'a pas d'soucis à s'faire. Mais ça j'leur réexpliquerais sur l'chemin!

    Raeldyr Dernör
    Vétéran

    Nombre de messages : 1385
    Date d'inscription : 19/06/2013

    Feuille de personnage
    Organisation: Aucune
    Rang d'organisation: N/A
    Notoriété:

    Re: Chapitre 4 : la Grande Guerre d'Ekoï

    Message par Raeldyr Dernör le Lun 25 Avr - 10:43

    *Raeldyr n'intervint pas, laissant Rodschrëk et Maïtaga s'occuper d'Alwin. Son regard terne s'était de nouveau tourné vers Asriel.*

    Vous n'avez pas répondu... Qui est Zhon exactement ?

    Svenhyr Zohokan
    Vétéran

    Nombre de messages : 3079
    Date d'inscription : 18/05/2009

    Feuille de personnage
    Organisation: La Citadelle
    Rang d'organisation: Reconnu
    Notoriété:

    Re: Chapitre 4 : la Grande Guerre d'Ekoï

    Message par Svenhyr Zohokan le Lun 25 Avr - 11:03

    *Alwin ne se laissa pas faire. A présent qu'il était revigoré, il parvint à inverser la transformation et à reprendre une apparence normale. Cependant, ses vêtements montraient encore les traces de son combat. Il quitta le cercle que faisait Rödschrek, lui faisant comprendre d'un signe de continuer en attendant qu'il en finisse.*

    Tout ce que je sais d'elle, c'est que c'est une reine reconnue, crainte et respectée, autant pour sa force que pour sa façon de diriger.


    Vous vous attendiez peut-être à ce qu'on vous fasse confiance aveuglément ? Pour ma part, je sais que rencontrer cette reine peut être bénéfique, mais je ne quitterai pas le champ de bataille avant que tous soient en sécurité.


    Donc, si vous voulez que je me joigne à cette "bouteille", il va falloir parler d'actes. Il y a encore des centaines de personnes dans cette ville, coincées sous des décombres, combattant vaillamment ou mourant pour sauver les leurs. Sauvez-les. Faites en sorte qu'ils soient à la Citadelle, sains et saufs. Et dites-moi ce qu'il est advenu de Sölveig et Valborg.

    *Sven pâlit. Le nom de ses sœurs lui provoqua une boule au ventre grandissante. Il ne le savait pas ? Le drow réalisait seulement les dégâts qui avaient été provoqués. Tous ses morts, toutes ses peurs. Il regarda le dos d'Asriel, ce dos sur lequel il se reposait depuis un certain temps maintenant. Qu'allait-il répondre ?*


    _________________
    Je fais ce vœu, celui d'être le pilier et le bouclier,
    Celui d'être le sourire et la vie,
    Celui d'être le Bien qui transformera Ekoï.

    Lord Asriel
    Conteur tout puissant

    Nombre de messages : 1014
    Date d'inscription : 14/10/2007

    Re: Chapitre 4 : la Grande Guerre d'Ekoï

    Message par Lord Asriel le Lun 25 Avr - 12:01

    Zhon est effectivement la reine la plus respectée des 3 galaxies visitées actuellement par les peuples ayant atteint l'âge du vide, l'âge des conquêtes spatiales. Son peuple est l'un des plus anciens qui existent, et elle tient sa longévité de sa nature. Elle fut la première dragonne d'âme à avoir été crée.
    Elle doit être âgée d'environ 4000 ans maintenant. Elle est également nommée reine des Légendes par les autres peuples. Elle est la seule qui dispose potentiellement de la connaissance qui puisse nous permettre de contrer le dévoreur. Je n'ai pas cette connaissance non plus, pourtant je suis bien plus âgé qu'elle.

    Et non... je ne m'attendais pas à ce que vous me fassiez confiance aveuglément. Mes actions étant cachées, vous n'avez effectivement aucune preuve. Et la confiance aveugle est aussi mauvaise que la loyauté sans concession.

    Valborg est dans l'Astral.
    Ares? Peux-tu me confirmer que tu l'as mise en sécurité?


    Oui Asriel. Elle est au niveau de l'arbre. Les deux jumelles du monde de Rödschrek la protègent. L'armée de Hyenneful , mes machines et mes diverses constructions tout autour, font qu'elle est pt'être dans un des endroits les plus sécurisés qui soit. Personne ne serait assez fou pour attaquer un cavalier sur ses terres.


    *Asriel lui fit signe de ne pas développer*


    Tous les sauver sera complexe. L'un des centres de la Corruption réside à Imvar. J'entends leurs cris, leurs hurlements, je suis désolé.

    Quand à Sölveig...

    *Asriel fit apparaître plusieurs écrans face à lui, et sembla faire avancer les images rapidement. Il trouva la jeune femme en mauvaise posture. Cernée de toute part par des chimères, elle blessée, son bataillon tentait de l'emmener à l'abri, mais elle tenait le front.*

    Bien...
    Je vais faire une exception, juste une à l'utilisation de mes pouvoirs, mais après ça je t'en supplies, ne me le demande plus jamais. Cependant, si tes yeux ont besoin de voir, alors vois. Cet avatar n'en a plus pour longtemps de toute manière alors autant qu'il serve de leurre.


    *Ils apparurent au dessus de la scène du champ de bataille, comme s'ils étaient perchés sur un sol invisible. Seul Asriel sembla tomber. Alors qu'il touchait le sol, le temps sembla s'arrêter. La scène était figée, et des fils faits de runes semblaient dépasser de chaque être. Solveig et ses hommes apparurent près du groupe, ainsi que quelques blessés, qu'ils ne semblaient pas avoir vu, certainement ensevelis sous les décombres. Autour d'eux la tempête grondait, comme si la planète elle même réagissait à la présence d'Asriel. Puis... ce fut l'apocalypse. Le sol se souleva, absorbant les créatures figées comme s'il n'était fait que de sable malléable, changeant de forme, parfois des gueules apparaissaient, lâchant de la lave. Personne ne pouvait se défendre, le temps était figé, c'était le monde lui même qui se retournait contre ces créatures. Les éclairs touchaient toujours juste, Les bâtiments n'étaient que de simples châteaux de carte s'effondrant et disparaissant dans ce sol mouvant comme s'ils n'avaient jamais existé

    Asriel remonta, il observait la scène, triste. Ce n'était pas feint, le dragon d'âmes d'Alwin et la Bête pouvaient le sentir. Ce qui résultat de ce simple moment de relachement fut une crevasse de lave, une crevasse de près d'un km, entourée d'un petit désert de sable gris, pour à peine quelques secondes, qui avaient paru durer une éternité. Asriel remonta, et se pencha sur les blessés pour les soigner. Son visage était grave.*


    Ne vous approchez pas d'eux, ils sont inffectés.

    Alwin, tu vois à présent pourquoi je n'utilise pas mes pouvoirs. Personne ne devrait disposer d'unte telle force. Et je ne suis pas Asriel, je ne suis qu'un avatar d'Asriel. Une petite chose très faible par rapport à l'original.

    La ville entière subit les coups, mais de nombreux elfes noirs ont réussi à se regrouper. Nous allons emmener ceux là dans la Citadelle. Je peux sauver vos proches, mais je ne peux pas vous promettre plus.
    Nous perdrions trop de temps, et je ne dois pas me focaliser uniquement sur les elfes noirs.

    C'est toute la planète qui est en perdition, mes avatars s'occupent de sauver ce qui peut être sauvé dans tous les pays. Ils guident. J'accomplis d'autres tâches en parallèle. Sauver uniquement des elfes noirs, se serait faire beaucoup plus de victimes dans d'autres pays.

    Je peux cependant envoyer un signal. Faire en sorte qu'inconsciemment les gens s'y rendent, de toutes leurs forces. Mais la corruption est telle qu'un aussi gros rassemblement de personnes risque de déclancher des émeutes et des guerres intestines.


    *Il observa alors Solveig.*

    Sölveig votre force mentale vous permettra de les guider. Les combats et les sentiments négatifs renforcent notre ennemi. Vous devrez bien vous entourer une fois là bas. Quoi qu'il arrive, il faudra tout faire pour calmer les esprits. Donnez leur de l'espoir, dites leur que tout n'est pas perdu. Cela va durer des jours, des semaines peut être, mais les renforts vont arriver.

    Les peuples elfiens sont les plus touchés. D'anciens alliés sont remontés. Un peuple chantant augmente la puissance de la Citadelle. Vous devez attendre. Attendre le signal.


    _________________
    Qui je suis? Un simple couturier... : Je coupe et je fabrique des fils et j'les balances sur une toile de fond pour faire des motifs...
    c'est jouli :3


    Click Me!


    Svenhyr Zohokan
    Vétéran

    Nombre de messages : 3079
    Date d'inscription : 18/05/2009

    Feuille de personnage
    Organisation: La Citadelle
    Rang d'organisation: Reconnu
    Notoriété:

    Re: Chapitre 4 : la Grande Guerre d'Ekoï

    Message par Svenhyr Zohokan le Lun 25 Avr - 12:53

    *Étonné, ce fut probablement ce qui fut le plus flagrant chez Alwin. Certes, il s'était attendu à un déploiement de force, mais pas à ce point. En fait, il venait clairement de perdre tout contrôle de la situation, et lui comme Asgeïr n'en crurent aucun de leurs sens. Ce qu'ils virent n'avait rien de commun, pas même avec les horreurs d'Elrick.

    Lorsque Sölveig et ses hommes se retrouvèrent par enchantement au dessus du champ de bataille, leur premier réflexe fut de saisir les armes et de cibler la potentielle menace. L'officière fut bien surprise de voir deux de ses frères et Sighild, ainsi que Rödschrek et un homme qui ressemblait furieusement à Lord Asriel, malgré les "ajouts" technologiques. Elle ne fit pas cas des autres personnes présentes, inconnues pour elle, mais se demanda malgré tout dans quel piège elle était tombée.

    Voyant les survivants, les soldats firent ce qu'ils avaient de mieux à faire : leur servir de bouclier. Ils se disposèrent instantanément autour des civils pour les protéger, Sölveig en tête. Autant dire qu'elle n'écouta même pas ce qu'Asriel lui raconta, trop de choses étaient arrivés pour qu'elle ne fasse que croire ce qu'elle voyait.

    Alwin se plaça en tête, Sven suivit tout de suite après, mais tous deux s'arrêtèrent lorsque la jeune femme leva son arme dans leur direction. Il y eut un échange très court : Sven comme Alwin savaient comment agir, ils étaient tous formés à ce style de situation : un simple mot de passe, ou plutôt trois mots d'affilée, sans sens particulier, qu'ils dirent à l'unisson.

    Sölveig fit baisser les armes de ses hommes : ils étaient en sécurité, même si aucun d'eux ne comprenait ce qu'il se passait. Malgré les recommandations d'Asriel, Alwin vint immédiatement à la rencontre de sa sœur. Après tout, il était déjà "infecté". Il prit quelque chose dans sa poche et la confia à Sölveig.*


    Sölveig Zohokan, ma chère sœur. Comme le veulent les traditions de notre famille, en cas de guerre, le plus haut gradé prend le commandement des troupes. Je te confie donc notre armée, notre nom et notre avenir. Comme le veulent nos traditions et nos obligations envers la Couronne, et par les pouvoirs qui m'ont été confiés, je te nomme Général suprême des armées de Ker Nör.

    *Il y eut une pause. Sölveig accepta ce qu'il lui avait été donné et salua. Mais dans ses yeux se lisaient peur, tristesse et joie mêlées. Les formalités s'envolèrent soudain lorsqu'Alwin, de façon totalement inattendue, la prit dans ses bras et la serra contre son cœur.*

    Ne meurs pas, petite sœur. La guerre commence et ne se terminera pas ce soir. Nous allons trouver des renforts et reprendrons ce qui nous appartiens. Tiens le coup jusque là, je sais que tu sauras leur inspirer la force nécessaire. Ne laisse pas ton cœur se faire ronger par la douleur ou la peur.

    *Sven aurait voulu les rejoindre, mais Sölveig lui intima de la main qu'il ne devait pas. Devant sa mine déçue, elle relâcha son frère et sourit à son cadet, ce sourire radieux qu'il lui connaissait, mais encore emprunt de tristesse.

    Elle se tourna vers Asriel, son regard se durcit. Elle le salua militairement, reprenant le rôle qu'il venait de lui être attribué, faisant ainsi preuve d'une volonté de fer.*


    Je vous remercie pour votre aide, Lord Asriel, si c'est bien vous. Nous sommes prêts. Nous n'échoueront pas !


    _________________
    Je fais ce vœu, celui d'être le pilier et le bouclier,
    Celui d'être le sourire et la vie,
    Celui d'être le Bien qui transformera Ekoï.

    Raeldyr Dernör
    Vétéran

    Nombre de messages : 1385
    Date d'inscription : 19/06/2013

    Feuille de personnage
    Organisation: Aucune
    Rang d'organisation: N/A
    Notoriété:

    Re: Chapitre 4 : la Grande Guerre d'Ekoï

    Message par Raeldyr Dernör le Lun 25 Avr - 14:16

    *Malgré le soulagement certain de savoir les deux soeurs de Sven et Alwin maintenant en sécurité, ce que Raeldyr venait devoir lui laissait un goût amer. La démonstration de puissance d'Asriel l'avait plus touché qu'il ne l'aurait pensé, il y avait une certaine forme d'injustice dans cette démonstration. Une injustice qui empêche ceux qui ont les capacités d'intervenir, et qui pousse ceux ceux qui n'en ont pas les moyens de se battre à leur place.

    Mais il comprenait. Sans réellement approuver, ni trop condamner. Peut-être pour la première fois depuis qu'il l'avait rencontré à Mac-Mac, Raeldyr s'apprêtait à accorder du respect à Asriel. Il ne pouvait néanmoins ni lui faire confiance, ni croire en ses paroles ou actes sans méfiance. La désillusion de Draak, en qui il avait accepté naïvement de croire avant la Tour était encore bien trop présente.

    Au point où il en était, qu'avait-il à perdre à écouter encore une fois ce qu'un Maître pouvait avoir à leur dire ? Sa fierté s'était fait la malle depuis longtemps de toute façon, écrasée de toute part par tantôt son incapacité à se montrer à la hauteur, ou par une certaine Perle.

    Son regard passa du groupe de Sölveig à ses paumes, brûlées d'avoir ouvert les portes de son propre Enfer. Il avait déjà beaucoup encaissé. Qui sait, s'il continuait à encaisser, il finirait peut-être par ne plus en souffrir, et il pourrait enfin commencer à réellement rendre les coups. Sans contrat, sans marché, sans avoir à rendre de comptes, de sa propre volonté, sous son unique contrôle. Être libre. Et si Asriel pouvait lui offrir cette chance, avec la possibilité de botter le cul des monstres qui massacrent son peuple et son monde, de rattraper leurs échecs passés... Ses propres échecs... Quel sorte de fou serait-il pour oser refuser ?*


    Nous n'échouerons pas non plus.

    *Ses poings se refermèrent sur ses brûlures. Son attitude avait changé. Son regard plongea de nouveau dans celui d'Asriel. Il n'était pas plus en forme qu'à leur arrivée, mais c'était comme si intérieurement il avait repris des couleurs.*

    Je vais être franc, Lord Asriel. Il va me falloir du temps avant que j'accepte de vous faire confiance. La tromperie a eut bien trop d'emprise sur moi ces derniers temps, et je n'ai pas les capacités de m'en remettre. Et nous n'avons pas le temps d'en débattre ici.

    Cependant.

    Puisque vous accordez beaucoup d'importance à l'espoir, et qu'en effet nous en avons tous grand besoin, je m'accrocherai à cet espoir que vous nous offrez, en quittant ce lieu, avec la possibilité de revenir vainqueurs.

    Plus vite nous serons partis, plus vite nous pourrons revenir. Je ne souhaite plus perdre de temps. Protégez nos familles de ce monde, qu'elles soient elfiennes ou non, et que chacun fasse ce qu'il sait faire le mieux, une fois qu'aucun d'entre nous ne sera plus contaminé.

    Lord Asriel
    Conteur tout puissant

    Nombre de messages : 1014
    Date d'inscription : 14/10/2007

    Re: Chapitre 4 : la Grande Guerre d'Ekoï

    Message par Lord Asriel le Lun 25 Avr - 15:14

    *Asriel les observa tous, un par un. Rödschrek acquiesça aux dires de Raeldyr et croisa les bras. Ares souffla.*

    Eh moi ça fait belle lurette que j'te suis. J'm'en veux toujours qu"tu te sois fait éclater la gueule par ce connard d'aveugle, alors moi j'dis qu'j'ai toujours pas respecté la promesse que je t'ai faite. Tant qu't'es dans la merde, j'suis là, parole d'astral.

    *Fura esquissa un sourire.*

    Et moi je sais que je reviens te voir dès que je m'incarne. Tu vois les souvenirs reviennent. Les souvenirs seront douloureux pour nous là bas. Mais je reste la gardienne de la Porte des âmes, tant que ce monde ne sera pas perdu, je garderais les portes de ce côté.
    Par contre tu vois, les débats larmoyants ou plein de bonnes intentions qui dégoulinent c'est pas notre truc, alors je veux bien que tu mettes en avance rapide.


    *Cavaliers et dragonne haussèrent les épaules d'un air un peu désolé, ce qui eut pour effet de surprendre même le maître.*

    Bon...uhm...

    *Il se mit à sourire, un sourire également résolu, mais aussi extrêmement doux. Il se tourna d'abord vers les derniers venus, sur le sol invisible et joignit les mains.*

    Bien au travail. Sölveig, mesieurs/dames, je vous confie la suite des événements. Ne vous inquiétez pas, vous allez être téléportés au sein même de la Citadelle, la suite dépend de vous.

    *Le groupe disparu comme effacé. Ce fut au tour des "élus", Sven, Sighild, Rödschrek, Raeldyr, Alwin, Fura et Ares. Autour d'eux, le décor avait changé. Ils étaient relativement proches d'un littoral, sur le sol, en pleine nature. La tempête se voyait au loin.
    Asriel redressa ses ailes, malgré leur état désastreux, il les replia légèrement, se courbant comme un noble, ses ailes immitant ses bras, en revenant vers l'avant, l'une après l'autre.*


    Une aile pour voir, une aile pour concevoir.
    C'est pour cela que je suis né.

    Je ne vous demande pas de me faire confiance, je vous comprends. Tout ce que je veux, c'est qu'il y ait des milliers d'autres lendemain sur Ekoï. Tant que le temps n'est pas arrêté, l'espoir est encore présent.


    *Il sembla s'arrêter, il était soucieux.*

    Mince, c'est douloureux, ce que je m'apprête à faire. Svenhyr, approche. Je te fais totalement confiance. Peut être même que c'est une mauvaise confiance, une confiance aveugle. Tu fais partie des élus qui ne peuvent pas sortir de ce monde. La nature de tes pouvoirs te relie trop à cette planète. Et je n'ai pas eu le temps de te faire la combinaison que je t'avais promise pour que tu puisse partir en sécurité, alors je vais devoir jouer un peu plus bourrin que d'habitude. Ares, à partir de maintenant tu prends les devants, c'est ton monde, tu connais.

    Svenhyr, ...


    *Asriel soupira.*

    Cet avatar va mourrir. Mais il va te permettre d'aller apprendre toi aussi.

    *Il s'agenouilla devant Sven, et défit son manteau et sa veste. Sa peau noire aux reflets métallique devint parfaitement grise mais garda cet aspect de peau et non de machine. Ses oreilles perdirent leur pointe et de grandes cornes recourbées poussèrent au dessus de celles-ci.

    Les runes circulaient sur tout son corps, on aurait dit qu'ils s'agissait de ses veines. Et toutes menaient au même point, à son cœur.

    Il posa ses deux mains à ce niveau, ses doigts passèrent au travers de sa peau, il s'ouvrit. Ce qu'ils virent n'avait rien de sanguinolent. Une cage thoracique dorée, et de nombreux rouages entouraient un cœur bleuâtre, un vrai cœur, palpitant que l'homme-machine attrapa pour le tendre à Sven. Un coeur qui changea d'apparence dans les mains de Sven pour prendre l'apparence d'une simple pierre bleue en pendentif. Un simple objet que Sven sentait palpiter et qui raisonnait avec ses propres énergies.*


    Sauve Ekoï mon garçon. Apprends du passé, pour sauver l'avenir.


    *Les ailes de la machine retombèrent lourdement sur le sol. Ses yeux se fermèrent, lentement.Cet être, où cette machine venait de rendre son dernier souffle.*


    _________________
    Qui je suis? Un simple couturier... : Je coupe et je fabrique des fils et j'les balances sur une toile de fond pour faire des motifs...
    c'est jouli :3


    Click Me!


    Svenhyr Zohokan
    Vétéran

    Nombre de messages : 3079
    Date d'inscription : 18/05/2009

    Feuille de personnage
    Organisation: La Citadelle
    Rang d'organisation: Reconnu
    Notoriété:

    Re: Chapitre 4 : la Grande Guerre d'Ekoï

    Message par Svenhyr Zohokan le Lun 25 Avr - 17:18

    *Svenhyr reçut solennellement ce que lui offrait Asriel. Inconsciemment, il savait ce que ce geste signifiait, et il en fut à la fois honoré et terrifié. En sentant ce cœur battre dans sa main, il sut ce qu'il était. Ce n'était pas un artefact, un symbole ou un vecteur de pouvoir. C'était un fragment. Un fragment réel d'Asriel.

    Bien que devenu minéral, le coeur battait encore dans les mains de Sven. Il regardait la carcasse désormais sans vie à ses pieds, conscient qu'en faisant cela, Asriel s'était à nouveau mutilé pour leur permettre d'avancer. Confiance aveugle. Si c'était folie, alors ils étaient tous les deux fous. Et Sven en était heureux.

    Il regarda Imvar. La ville était détruite, des créatures innommables s'y promenaient actuellement. Il pensa à sa famille. A ses amis, ses camarades, tous les gens qu'il avait croisés, tous ceux qui l'avaient aidé, qui l'avaient blessé, qui l'avaient haï, qui lui avaient fait confiance, qui l'avaient ignoré, simple membre de la masse. Son passé lui revenait comme un mort voyant tout ce qu'il vécu.

    Sven n'était pas prêt à abandonner. Il était épuisé, physiquement comme mentalement, il savait que même le Runique ne pouvait rien à cela. Il avait plusieurs fois dépassé ses limites, bien trop même. Malgré cela, il ne voulait pas abandonner. Mais il devait prendre une décision. Les siens. Ou le monde. Il pouvait sauver les siens, les emmener loin d'ici, les préserver le temps de revenir. Mais il savait ce que cela coûterait.

    Une confiance aveugle... Si seulement c'était vrai... La peur dominait, la douleur régnait... Un peu de bien. Juste un peu de bien.

    Tout le corps de Sven se couvrit soudain de runique. Des phrases entières couvrirent ses membres, son visage, comme autant de bandages recouvrant sa peau de leur lumière bleu-verte. Le drow tint le coeur dans ses mains, comme on tiendrait le bien le plus précieux qui soit. Le drow ne s'en rendit qu'à peine compte, mais ce fut comme si toutes ces runes s'étaient alors mises à chanter. Il ne les comprenait pas. Mais il savait ce qu'elles disaient.

    Au niveau de son coeur, des dizaines de runes s'assemblèrent, tournoyèrent, et s'ouvrirent, dévoilant le coeur de son être, sa Rune-Coeur, la plus grande forteresse de son être. Doucement, l'objet se fit délicatement retirer par une main faite de runes, puis doucement enfermer dans la Rune-Coeur, avant de se refermer.

    L'effet fut immédiat, et si grand que ses runes se mirent à briller même à travers ses vêtements. Instinctivement, Sven passa la main sur chacune d'elle, chaque trace de son passage faisant luire encore plus fort cette magie ancienne qui l'habitait désormais. Il sentait cette union se faire. Il sacrifiait une partie de lui-même. Comme accompagnant le chant, sa voix se fit entendre, un murmure flottant parmi les Runes.*

    Je fais ce vœu, celui d'être le pilier et le bouclier,

    Celui d'être le sourire et la vie,

    Celui d'être le Bien qui transformera Ekoï.

    *Ce fut son voeu. Celui de sa loyauté. Les Runes s'illuminèrent, s'assemblèrent, puis disparurent. Mais pas toutes. Certaines restèrent inscrites sur sa peau, luisant jusqu'au plus profond de ses yeux. Il avait accepté son destin, même si la douleur et la colère se lisaient encore sur son visage. Il espérait, du fond du coeur, que ce serait possible. Son Destin l'attendait.*



    _________________
    Je fais ce vœu, celui d'être le pilier et le bouclier,
    Celui d'être le sourire et la vie,
    Celui d'être le Bien qui transformera Ekoï.

    Raeldyr Dernör
    Vétéran

    Nombre de messages : 1385
    Date d'inscription : 19/06/2013

    Feuille de personnage
    Organisation: Aucune
    Rang d'organisation: N/A
    Notoriété:

    Re: Chapitre 4 : la Grande Guerre d'Ekoï

    Message par Raeldyr Dernör le Lun 25 Avr - 19:54

    *La scène qui se déroula sous les yeux de Raeldyr était proprement surnaturelle, au point point que le drow douta par moment qu'elle ait réellement lieu. Il assistait pour ainsi dire à un spectacle qu'il ne reverrait certainement plus jamais, mais plus tristement à un spectacle dont il ne comprendrait probablement jamais le véritable sens profond. Ce sens, cette signification revenait à Svenhyr, et à lui seul. Mais Raeldyr ne s'aventurerait jamais à poser la question.

    En d'autres circonstances, il aurait dû ressentir une sorte de fierté pour Sven, après un tel don de la part d'un Maître. Mais il était jaloux. Jaloux de ce qu'il représentait, de ce qu'il était devenu, de ce qu'il avait toujours été destiné à être. Le seul et unique véritable élu d'Asriel à ses yeux, la plus belle récompense et la plus noble mission qu'il n'aurait pu imaginer. Tout comme il l'avait déjà pensé dans le domaine de Rödschrek avant d'être téléportés sur ce littoral. Svenhyr était destiné à briller, à apporter la vie et le bonheur au delà de la victoire. Raeldyr lui ne pouvait se retirer de la tête qu'il serait destiné à apporter la destruction et le chagrin, malgré tous ses efforts. Lui serait destiné à rester dans l'ombre de son allié.

    Il était jaloux. Mais comment pouvait-il lui en vouloir ? Sven avait toujours tout donné pour en arriver là. Il a hérité des meilleurs professeurs, des meilleurs conseils, sans ombre dans son coeur. Ce qu'il a obtenu, il l'a mérité. Raeldyr ne pouvait probablement s'en prendre qu'à lui-même. Il était jaloux, et malheureux. Et il refusait cet état de fait.

    Si cela devait changer, rien ne sera fait pour lui à sa place. Il n'appartenait qu'à Raeldyr de faire bouger les choses, de lui aussi donner tout ce qu'il avait à offrir pour affronter ses démons, aller de l'avant, et libérer leur monde d'une guerre au bord de la défaite. Si Sven avait fait le vœux d'être le pilier et le bouclier, Raeldyr serait l'un de ceux qui feront en sorte qu'il ne vacille jamais.

    Le silence s'était installé sur le littoral. Raeldyr le rompit.*


    Ares. Il est temps d'y aller je crois. Que devons-nous faire, pour aller là où nous devons nous rendre ?

    Lord Asriel
    Conteur tout puissant

    Nombre de messages : 1014
    Date d'inscription : 14/10/2007

    Re: Chapitre 4 : la Grande Guerre d'Ekoï

    Message par Lord Asriel le Lun 25 Avr - 20:13

    *Fura sembla accablée durant cette scène. Mais alors que Sven prêtait serment, ce n'est pas Asriel ni Sven qu'elle regardait, c'était Raeldyr. Puis sentant que son regard était trop insistant, elle tourna la tête et emboîta le pas d'Ares.

    Rödschrek quand à lui restait bouche bée. Ce genre d'acte, il ne s'y attendait pas. Posant la main sur sa marque il réalisait soudain son importance, ou du moins celle qu'il avait eu dans son monde. Lui aussi avait été un appel à l'aide. Il était un vaccin, destiné à vaincre une maladie incurable. Une formule codée dans un tatouage. Il sembla se réveiller soudain.*

    Attendez! on ne peut pas laisser son corps là! Et... il m'avait demandé de dé-corrompre Alwin. Il a du oublier de nous ramener au domaine. J'aimerais... euh... j'aimerais m'en occuper avant qu'on s'en aille.

    *Ares semblait chercher quelque chose.*

    'Parfait, ça va m'permettre de retrouver ce foutu téléporteur et de le réactiver en attendant. Je fermerais la porte derrière nous par contre. Ah et souvenez vous bien de cette règle surtout, sinon vous allez vous foudre dans la merde, grave! Surtout, surtout, ne dîtes jamais que les machines d'Ekoï ont une âme! jamais, jamais! n'abordez même pas le sujet, ok?


    _________________
    Qui je suis? Un simple couturier... : Je coupe et je fabrique des fils et j'les balances sur une toile de fond pour faire des motifs...
    c'est jouli :3


    Click Me!


    Svenhyr Zohokan
    Vétéran

    Nombre de messages : 3079
    Date d'inscription : 18/05/2009

    Feuille de personnage
    Organisation: La Citadelle
    Rang d'organisation: Reconnu
    Notoriété:

    Re: Chapitre 4 : la Grande Guerre d'Ekoï

    Message par Svenhyr Zohokan le Lun 25 Avr - 21:16

    *Durant le petit rituel de Sven, la Perle sembla se réveiller dans le corps de Raeldyr. A nouveau, il put entendre la voix d'Erüul dans son esprit, sa présence funeste à nouveau bien là.*


    #Tu n'as pas à être jaloux d'un esclave. Regarde-le se livrer corps et âme en pensant qu'il s'agit de son idée. C'est pitoyable. La jalousie n'est qu'une faiblesse, au plus une distraction passagère. Si tu parviens à dompter ta Flamme, tu seras bien plus puissant qu'il ne le sera jamais. Et personne ne pourras jamais s'en prendre à ce que tu protèges...#

    *Sven s'accroupit pour toucher le corps inerte d'Asriel. L'instant suivant, le corps n'était plus là. Ou plutôt, il était là, mais plus personne ne pouvait le trouver. C'était la possibilité qu'il avait créée. Transporter ce corps lui paraissait trop ardu, alors il avait créé la possibilité que personne à part Asriel et lui ne soit en mesure de le trouver. Lui seul le voyait, désormais.


    Alwin eut une moue réprobatrice, mais se dispensa de tout commentaire. Il n'aimait pas la dévotion dont son frère faisait preuve, mais n'envisageait pas une seconde de remettre ses choix en question : il en savait sûrement plus que lui. Finalement, il se tourna vers Rödschrek.*


    Traçons ce cercle et finissons-en.

    *Sighild, quant à elle, vint en soutien à Sven. Il avait déjà souvent parlé avec elle, de ses craintes et de la façon dont il voyait l'avenir. Elle plus que quiconque savait ce qu'il venait de sacrifier. Elle seule put voir ses larmes.*


    _________________
    Je fais ce vœu, celui d'être le pilier et le bouclier,
    Celui d'être le sourire et la vie,
    Celui d'être le Bien qui transformera Ekoï.

    Raeldyr Dernör
    Vétéran

    Nombre de messages : 1385
    Date d'inscription : 19/06/2013

    Feuille de personnage
    Organisation: Aucune
    Rang d'organisation: N/A
    Notoriété:

    Re: Chapitre 4 : la Grande Guerre d'Ekoï

    Message par Raeldyr Dernör le Lun 25 Avr - 21:33

    *Raeldyr posa instantanément sa main sur son front en fermant les yeux. S'il y en avait bien un à qui il ne voulait pas penser en ce moment, c'était bien Eruül.*

    #Toi ferme ta putain de gueule, je veux pas t'entendre ! Fous-moi la paix c'est pas le moment !#

    *Il retira sa main de son front et respira profondément pour essayer de se calmer. Le simple son de cette voix dans sa tête avait réveillé une colère dont il ne voulait pas, qui n'avait rien à faire là. Autant le dire, ce n'était pas très efficace. Sa respiration était si saccadée qu'il préféra s'éloigner de quelques pas pour ne pas gêner Rödschrek dans son rituel. Pour peu que la Perle interfère malgré lui avec les pouvoirs du Nécromancien, il manquerait plus que ça.

    A la place, une fois à peu près calmé, il préféra s'approcher d'Ares. Il ne l'appréciait pas plus que la dernière fois, mais c'était lui qui avait des choses à lui apprendre pour l'instant. Il parlait à voix basse, il ne voulait déranger ni Rödschrek, ni Alwin, ni Sighild, ni Sven.*


    Par curiosité... C'est... quoi le problème avec les machines qui ont une âme, là où on va ? Y'a eu des antécédents ?

    Jusqu'à quel point on serait dans les ennuis, dans le pire des cas, à part se faire massacrer à vue ?

    Svenhyr Zohokan
    Vétéran

    Nombre de messages : 3079
    Date d'inscription : 18/05/2009

    Feuille de personnage
    Organisation: La Citadelle
    Rang d'organisation: Reconnu
    Notoriété:

    Re: Chapitre 4 : la Grande Guerre d'Ekoï

    Message par Svenhyr Zohokan le Lun 25 Avr - 23:02

    *A l'instant même où Raeldyr s'en prit à Erüul, il put sentir les brûlures de ses mains le lancer, ainsi qu'une douleur près de sa nuque, comme si l'on tirait sur sa colonne vertébrale. La voix d'Erüul se fit impérieuse.*

    #Ah oui ? Et comment comptes-tu me faire taire ? En pleurant ? En gémissant ? N'oublie jamais que toi et les tiens n'êtes en vie que parce que je le veux bien. Si tu me déplais, je te consummerai comme j'ai consummé ton prédécesseur...#

    *Raeldyr put sentir une sensation de brûlure dans tout son corps, pendant un très court instant. Juste assez pour qu'il sente encore la douleur pendant un bon moment, pas assez pour qu'il soit handicapé outre mesure.*


    _________________
    Je fais ce vœu, celui d'être le pilier et le bouclier,
    Celui d'être le sourire et la vie,
    Celui d'être le Bien qui transformera Ekoï.

    Rodschrek Nakaam
    Vétéran

    Nombre de messages : 4076
    Age : 29
    Date d'inscription : 29/08/2008

    Feuille de personnage
    Organisation: La Citadelle
    Rang d'organisation: Membre actif
    Notoriété:

    Re: Chapitre 4 : la Grande Guerre d'Ekoï

    Message par Rodschrek Nakaam le Lun 25 Avr - 23:35

    *Ares était concentré, Fura l'aidait à trouver son point de repère. Il parut étonné de l'attitude douloureuse de Raeldyr.*

    T'as l'air fatigué, tu f'rais mieux d'te reposer.

    *Il soupira, un soupire au son presque métallique, mais répondit, à voix haute, sans se cacher.*

    Le problème avec les machines, c'est que partout dans les galaxies, on a jamais trouvé, ni réussi à fabriquer de machines ayant une âme. Si y'a un endroit, un endroit unique, une planète qu'on appelle Kaëdo. Là bas y'a des machines immortelles. Parfaitement indestructibles, mais pacifiques. On ne les comprends pas. Elles s'appellent des Woolds. Ouais comme ici, mais ce sont pas des machines que l'on  peut voir comme étant des machines, elles se cachent sous des hologrammes. Elles ont un programme simple. Tant qu'elles restent pacifiques, elles restent immortelles. Elles perdent leur immortalité à la moindre pensée agressive. Et ça fait depuis qu'mon peuple voyage dans l'espace qu'on les connait. Elles ont un très haut niveau d'évolution, elles peuvent se défendre sans soucis, Kaëdo tient même une part importante dans les lois galactiques.

    Aucune autre exeption eh,eh aucune! J'ai mis du temps à comprendre comment ça avait pu arriver ici.
    Le Phoenix... rrrrs... je m’égares. Restons concentré, pas de pétage de câble ici.

    ...

    A côté d'ça y'a L'APPSD (phonetique : appsède). Les Accords de protection des peuples sous développés. Ses accords ont été signés de manière historique conjointement par les deux plus puissants peuples des trois galaxies, représentés par leurs dirigeants : Zhon pour le royaume monarchique Eltrem d'un côté, les plus avancés en terme d'aérospatial et d'alchimie, et Lord Asriel, représentant de l'empire de la République Fédérale présidentielle Ekoï, peuple le plus avancé technologiquement parlant. Ces accords, signés par la suite par tous les peuples évolués ont permis de protéger les planètes moins développées.

    Le but était simple : ne pas brider d'éventuelles évolution de peuples, et ne pas conduire non plus des peuples trop jeunes aux voies spatiales, afin de ne pas générer de guerres dues à des instabilités évolutives. Les "instabilités" évolutives, ayant conduit aux pires fléaux qu'on ai pu combattre jusqu'à présent dans l'océan noir. Je ne te fais pas la description de ce que sont ces instabilités ça je n'ai pas le droit.

    Du coup, quand quelqu'un comme moi arrive dans un monde moins développé, il doit se conformer à l'APPSD. Pas de technologie hors de la norme sur le sol de la planète visée, pas de descriptions d'avancées alchimiques ou techniques qui n'aient pas encore été inventées sur cette planète. Y'a plein d'autres règles, j'te passe les plus barbantes.

    A l'heure actuelle, Ekoï n'est plus aussi développé qu'autrefois. En fait, vous vivez sur les ruines de votre ancien monde. Quand la vérité sur le fait qu'Asriel est encore en vie sera découverte, ces accords protégeront notre planète des fouinards spatiaux. Bref, malgré l'envie, cette planète n'appartient plus à l'ancienne espèce Ekoï qui habitait ici autrefois mais bien à vous, et les grands empires empêcheront quiconque de s'approcher de notre sol.

    Mais, il y a un mais... on a des machines qui ont une âme ici. On a des êtres qui sont censés ne pas pouvoir exister, des êtres qui en plus ne pourraient pas se protéger. Et il y a une chose qui peut rompre l'APPSD : la curiosité scientifique.

    Ils viendraient en masse, de partout dans les 3 galaxies, et la planète serait rapidement transformée en champ expérimental, une horreur.

    Oooh tiens j'viens de penser à un autre problème... ils ont du installer des protections à la sortie de la porte, 'va falloir que je gère tout ça...


    *Rödschrek et Maïtaga faisaient quand à eux de leur mieux. Rödschrek appela Sven en renfort pour l'aider. Ici il n'avait aucune aide runique, et le travail risquait d'être plus compliqué que prévu.
    Il ouvrit la rune cœur d'Alwin, puis une autre, celle du dragon. Asgéïr sembla perplexe d'ailleurs. Il indiqua à Alwin que Rödschrek le voyait parfaitement, il en était sure.
    L'intéressé restait concentré, et psalmodiait. Le rituel commençait.*


    Dernière édition par Rodschrek Nakaam le Mar 26 Avr - 10:45, édité 1 fois

    Raeldyr Dernör
    Vétéran

    Nombre de messages : 1385
    Date d'inscription : 19/06/2013

    Feuille de personnage
    Organisation: Aucune
    Rang d'organisation: N/A
    Notoriété:

    Re: Chapitre 4 : la Grande Guerre d'Ekoï

    Message par Raeldyr Dernör le Lun 25 Avr - 23:54

    *Raeldyr avait promptement gardé la mâchoire fermée, pour réprimer un grognement de douleur à cause de l'avant-goût de ce que pouvait infliger Eruül à son corps. Un extérieur aurait dit qu'il avait une violente quinte de toux difficile à dissimuler.

    Malgré cela, il avait suivit à peu près tout ce qu'Ares lui avait raconté. Maintenant qu'il avait eu sa réponse, il lui répondit simplement qu'il allait le laisser faire ce qu'il avait à faire et alla s’asseoir un peu plus loin, en massant ses mains douloureuses.*


    #Alors qu'est-ce qu'il te faut pour que j'arrête de te déplaire... Je préfère te prévenir... Chez moi le whisky c'est avec glaçons...#

    *S'il ne voulait pas finir complètement marteau, la seule chose qui pourrait lui permettre de conserver un semblant d'humanité serait l'humour. Même s'il était très très loin d'avoir envie de rire à l'heure actuelle...*

    Contenu sponsorisé

    Re: Chapitre 4 : la Grande Guerre d'Ekoï

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Ven 24 Fév - 11:25